vendredi 12 octobre 2018

Humeur - moi et mes T.O.C

Billet Humeur, T.O.C, les petites bulles de ma vie
Me revoilà avec un nouveau billet humeur. En démarrant cette rubrique, je n'aurai jamais pensé pouvoir prendre autant de plaisir à vous les écrire, moi, un peu pudique sur les bords et finalement, c'est un exercice qui me plaît énormément et que j'espère, il vous plaît aussi à lire!

Je reviens avec un sujet que j'aborde peu et pourtant, je n'en ai pas honte, c'est juste que les gens ne comprennent pas trop et rigolent un peu quand je parle de mes T.O.C. Peut-être cela vient-il du mot, peut-être qu'en disant Troubles Obsessionnels Compulsifs, les gens riraient moins.

Le T.O.C qu'est ce que c'est? Interrogeons Wikipedia: 
"c'est un trouble psychique caractérisé par l'apparition répétée de pensées intrusives — les obsessions— produisant de l'inconfort, de l'inquiétude, de l'appréhension et/ou de la peur ; et/ou de comportements répétés et ritualisés — les compulsions — pouvant avoir l'effet de diminuer l'anxiété ou de soulager une tension."

D'aussi loin que je m'en souvienne, je n'ai jamais eu de TOC étant enfant ou adolescente. C'est apparu quand j'ai eu mon indépendance: ma 1 ère voiture, mon appart. Peut-être que le passage à l'âge adulte et aux responsabilités m'ont déclenché un stress qui s'est traduit comme ça.

Finalement, je ne cherche pas ou plus à savoir le pourquoi du comment, j'ai appris à vivre avec et c'est tout.
Ces T.O.C ont aussi évolué dans le temps: au début, je faisais le tour de ma petite voiture non centralisée pour voir si tout était fermé: serrures, frein à main, vitesse, je vérifiais tout..plusieurs fois. Oui parce que le soucis avec les T.O.C c'est la répétition qui prend un temps fou. Comme si mon esprit n'arrive pas à assimiler les gestes machinaux du quotidien.

Celui là est passé mais maintenant, ça se traduit plutôt sur les portes fermées de la maison, du bureau, chez les autres.
Il y a aussi les fenêtres, les volets, le gaz, bref, tout ce qui concerne la fermeture de quelque chose en fait. Ça peut me prendre un temps fou alors maintenant, je délègue...à mon mari...ça évite que je le saoule quand nous sommes partis pour savoir si j'ai bien fermé ci ou ça.

Mon mari parlons en. Au début, ça ne le dérangeait pas mais il a eu sa phase d'incompréhension et maintenant, il accepte ces petits défauts qui peuvent prendre du temps. Il faut dire aussi que maintenant, je sais prendre sur moi et me raisonner un peu par rapport à ça mais surtout, je n'en fais plus part à tout le monde.

J'ai aussi des T.O.C pour la perte des choses: les clefs par exemple ou tout ce qui se trouvent dans mon sac. J'ai eu des périodes où je vérifiais constamment que tout le contenu était bien en place.

Maintenant, avec le temps (et la vieillesse), ces périodes de T.O.C sont moins fréquentes mais toujours plus ou moins présentes dans mon quotidien. Ou peut-être que je suis tellement habituée que je m'en accommode.
Je sais que quand je suis stressée et/ou pressée, ça va resurgir. Mais si je suis zen alors là, il n'y a pas de problème.

Je n'ai jamais cherché à savoir si ça se guérit et s'il faut suivre une thérapie pour ça, je n'en éprouve pas le besoin mais les T.O.C ne sont pas quelque chose d'anodin et s'ils vous bouffent la vie, il vaut mieux aller consulter votre médecin.

Pour ma part, les solutions que j'ai trouvé c'est de déléguer les situations qui me génèrent ces troubles ou alors, me faire dire par quelqu'un, à haute voix, que les choses sont bien faites.

Peut-être que dans mon grand âge, cela va resurgir de plus belle mais je gérerai à ce moment là.

Et vous, vous connaissez des personnes qui en souffrent? Comment réagissez-vous face à ça?

7 commentaires:

  1. J'ai un TOC aussi, qui concerne mon "rituel" du soir. Je l'ai depuis toute petite, même s'il a évolué.
    Ça peut me prendre beaucoup de temps, je peux être prête et aller me coucher 30min après le temps d'être sûre.
    C'est un peu chiant, et il part et vient de manière aléatoire. Mais quand il est là, c'est pour plusieurs mois/année.

    RépondreSupprimer
  2. Arf mince ! oui je comprends c'est très stressant tout ça !!
    Plein de bisous
    bisous - annso
    https://www.annsom-blog.com/

    RépondreSupprimer
  3. Tout comme toi, c'est en étant indépendante que mes premiers TOC sont apparus. Mais je sais exactement d'où ils viennent: ma voiture qui a été cambriolée à plusieurs reprises au pied de mon premier appartement. Les troubles sont apparus dans les semaines qui ont suivi les réparations.
    Il m'est arrivé de "prendre" jusqu'à 20 min pour vérifier que mon appart, ma voiture étaient fermés. Tout comme toi, j'ai l'impression que mon cerveau ne veut pas intégrer le fait que c'est fermé, que je viens de le faire. Il y a toujours cette petite question insidieuse "tu es sûre ?".
    Tout comme toi, si je délègue à mon homme, ça me calme et je n'ai pas besoin de vérifier derrière.

    Niveau thérapie, il en existe, c'est ce qu'on appelle des thérapies comportementales. En gros, ce sont des réunions avec d'autres personnes atteintes des mêmes troubles et elles discutent ensemble avec un professionnel de tous ces problèmes. C'est un peu comme les alcooliques anonymes. Ces thérapies prennent des années pour des résultats incertains. Je n'y suis jamais allée. Des années de traitement pour peut être rien de mieux, j'ai préféré aussi accepter et tenter de me détendre pour diminuer mes compulsions.

    Le regard des autres est parfois gênant, surtout les inconnus. Mes voisins semblent avoir remarqué ma petite manie et font comme si de rien n'était.
    Faire 3 fois le tour de sa voiture sur le parking du supermarché, ça parait bizarre voir suspect. J'essaie de pas trop y penser et je sais que si on vient me dire quoi que ce soit, je répondrai un truc simple comme "j'ai des TOC, c'est ma voiture, laissez-moi finir".

    Je t'envoies plein de courage pour faire taire cette petite voix et sa ritournelle ;)

    RépondreSupprimer
  4. Toc à proprement parler, je n'en ai pas. Mais des tics, le plus bizarre je vais avoir besoin de bouger ma jambe pour dormir, un tout un tas de rituel à la con. Comme toi, c'est venu avec le temps.

    RépondreSupprimer
  5. Coucou,
    Je pense que pas mal de gens ont des TOC sans vraiment s’en rendre compte, moi par exemple je compte toujours, les feux de signalisation, les arbres sur la route, les lignes du cailler…
    Je viens moi aussi de publier deux nouveaux articles sur mon blog concernant la foire d’octobre dans ma ville et ma passion pour les vins, tu viens dire bonjour quand tu veux.
    Belle journée à toi.
    Rohnny

    RépondreSupprimer
  6. Les TOC expriment quelque chose de nous : un besoin de sécurité, un besoin de reconnaissance, manque de confiance en soi. Si ils ne sont pas handicapants tout va bien, mais quand ils vous bouffent la vie c'est là qu'il vaut mieux consulter un médecin ou un thérapeute pour dépasser ces freins. En tant qu'hypnothérapeute, je reçois régulièrement des personnes qui souffrent de TOC et/ou de peurs irraisonnées. Le travail thérapeutique devient intéressant lorsqu'on arrive à trouver des ressources positives pour les dépasser et se redonner le chemin de la liberté et de la confiance. Bravo pour cet article ;-)

    RépondreSupprimer
  7. J'ai des TOC un peu comme ceux que tu décris , ça ne dérange pas plus que ça, ni mon entourage (enfin je le pense). Ca me procure une sécurité, de l'assurance et une certaine sérénité.
    Merci d'avoir partagé avec nous ''ce mal-être''
    Des bisous

    RépondreSupprimer

Merci Merci beaucoup pour vos petits mots que je prends toujours plaisirs à lire et sachez que j'y réponds toujours!
Si vous voulez voir la réponse que je vous laisse, n'hésitez pas à cocher la case m'informer à droite.

N'oubliez pas, sans vous le blog ne serait pas là alors merci!